Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’innovation financières au service des causes humanitaires


Kutupalong UNHCR refugee camp, home to Rohingya driven from Myanmar. Taken from: https://www.auswaertiges-amt.de/en/aussenpolitik/themen/migration/unhcr-fluechtlingszahlen/2467168

Alors que la situation turbulente en Afghanistan se développe, et qu’à l’autre bout du monde, un nouveau tremblement de terre dévastateur frappe Haïti, la Journée mondiale de l’aide humanitaire célébrée le 19 août cette année revêt une importance particulièrement tragique. La crise climatique avec ses sécheresses croissantes et de plus en plus graves, les incendies de forêt et les inondations catastrophiques aggravent encore les crises humanitaires. Cette potion tragique de conflit, d’urgence climatique et de pandémie de Covid-19 a fait augmenter l’extrême pauvreté pour la première fois en 20 ans.


Alors que le changement climatique devrait entraîner 300 millions de personnes déplacées de force supplémentaires au cours de la prochaine décennie, ce n’est en aucun cas la seule crise humanitaire. Selon le Haut-Commissariat aux Réfugiés, fin 2020, 82,4 millions de personnes avaient dû fuir leur foyer ou avaient été déplacées de force en raison de conflits, de violences ou de violations des droits humains, ce qui représente le plus grand déplacement de population humaine depuis la Seconde Guerre mondiale. Malheureusement, seuls cinq pays produisent 68 % de tous les réfugiés : la Syrie, le Venezuela, l’Afghanistan, le Soudan du Sud et le Myanmar.
En 2021, 235 millions de personnes auront besoin d’une assistance et d’une protection humanitaires. Les pays voisins, qui se trouvent pour la plupart dans les pays du Sud, accueillent généralement la grande majorité des réfugiés, ce qui est particulièrement lourd en raison de leurs capacités financières et administratives limitées. Néanmoins, il existe une forte présomption selon laquelle, avec un soutien financier et technique international suffisant, l’impact des réfugiés sur la communauté d’accueil peut être positif. Cependant, pour ne pas dépendre uniquement de l’aide financière internationale, l’inclusion économique est impérative pour l’autosuffisance et la résilience des réfugiés. Les investisseurs d’impact ont ici une opportunité d’aider les réfugiés à devenir indépendant financièrement en les considérant en tant qu’acteurs économiques. Bien qu’il s’agisse encore d’un nouveau mouvement, un certain nombre d’innovations financières sont déjà en cours, tels que :

  1. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé la première obligation d’impact humanitaire au monde pour construire et gérer trois nouveaux centres de réadaptation physique au Nigeria, au Mali et en République démocratique du Congo pour venir en aide aux personnes blessées dans les conflits.
  2. En 2017, Kiva a lancé son Fonds mondial pour les réfugiés, qui fonctionne par des prêts de financement participatif pour soutenir les réfugiés et les personnes déplacées au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique latine.
  3. Le Small Enterprise Assistance Fund (SEAF) développe le fonds de capital-investissement pour les personnes déplacées de force.
  4. Convergence, une plateforme de transaction de financement mixte en ligne, a annoncé qu’elle attribuera une subvention à Kois Invest pour la conception d’une obligation d’impact sur le développement (DIB) afin de financer des interventions d’intégration professionnelle pour les réfugiés syriens afin de leur offrir un avenir durable.
    Qu’il s’agisse du changement climatique forçant un nombre croissant de personnes à quitter leur foyer ou d’une faible croissance économique entraînant l’instabilité, la violence et, en fin de compte, la migration forcée, investir dans les réfugiés est essentiel pour atteindre les ODD.

A ne pas rater :
Au cours de la semaine Building Bridges, un événement sera consacré aux différentes innovations financières à des fins humanitaires, en s’appuyant sur l’ensemble du spectre des capitaux : subventions, obligations à impact, fonds de dette et de capital-investissement. L’événement démontrera que même les situations humanitaires difficiles peuvent être résolues, du moins en partie, par l’innovation financière et les investissements du secteur privé.

  • Une chronique de la Communauté Building Bridges préparée avec le soutien de Sustainable Finance Geneva et du Groupe AlphaMundi. Rédigée ce mois par Nora von Wondersdorff, Fellow à AlphaMundi

AlphaMundi invests growth capital in REDAVIA GmbH

AlphaMundi Group has provided USD 1M in mezzanine finance through its AlphaJiri Investment fund to support the growth of REDAVIA in East and West Africa. REDAVIA is a market leader in solar power for Commercial & Industrial (C&I) customers in its core markets, providing reliable, low cost and clean energy solutions to businesses active in the real economy (e.g., agrofood processing, manufacturing, hospitality & real estate, utilities, and services).

Read More